Inscription-Faire un don

Votre don à la fondation Jasmin Roy aide à lutter contre la discrimination, l’intimidation et la violence pour tous :
  • Avec la création et la distribution de matériel pédagogique d’aide aux élèves, enseignants et parents
  • Avec les visites régulières de personnes-ressources dans les écoles primaires et secondaires
  • Avec la sensibilisation du public au phénomène de l’intimidation
  • Avec le déploiement de mécanismes de sensibilisation, de prévention et d’intervention dans les écoles.

Les dons faits à la Fondation Jasmin Roy sont utilisés dans la prévention de l’intimidation en milieu scolaire avec du matériel pédagogique et la présence régulière d’une personne-ressource.

L’école secondaire polyvalente de l’Ancienne-Lorette a été l’une des premières à suivre notre programme de lutte à l’intimidation et a connu une baisse de plus de la moitié du nombre d’élèves vivant régulièrement de l’intimidation dès l’année suivante.

jroy-landpage-half2
Faire un don

Les résultats sont encourageants, mais la lutte est loin d’être terminée. Plusieurs écoles ont contacté la Fondation et nous avons besoin de votre aide pour être en mesure de répondre à chacune d’entre elles.

Du jour au lendemain, une de ses meilleures amies a commencé à la traiter de pute, de salope et à répandre des rumeurs à l’école. Cette “amie” écrivait sur Facebook qu’elle était la pute de la ville. Elle a également écrit des commentaires visant sa mère et insultant sa famille.

Catherine-Alexandra a constaté que ses amies ont commencé à croire ce qu’elles lisaient sur internet et à prendre parti pour l’auteure de ces propos blessants. Seulement trois d’entre elles connaissaient vraiment la vérité et étaient là quand ça s’est produit. Cette “amie” a également souhaité voir mourir Catherine-Alexandra et lui a même fait des menaces. Accompagnée de ses parents, Catherine-Alexandra est donc allée voir les policiers, qui n’ont rien pu faire par manque de preuves.

Les événements continuent donc de se poursuivre, encore aujourd’hui, et Catherine-Alexandra a parfois l’impression que c’est pire chaque jour.

Une amie de Catherine-Alexandra, 14 ans